You are currently viewing L’apis mellifera unicolor : abeille malgache

L’apis mellifera unicolor : abeille malgache

A Madagascar, les abeilles possèdent une particularité : elles sont uniques au monde.

Les Apis mellifera sont les abeilles qui « portent le miel », seules celles-ci permettent la production de miel. Il existe plusieurs sous-espèces d’Apis mellifera dans le monde, à Madagascar, ce sont les Apis mellifera unicolor.

Une abeille unique

Plus petite abeille du genre Apis, elle est presque entièrement noire et possède de longues ailes. Elle est présente partout sur l’île malgré la diversité du climat et de la topographie. Cependant, avec le temps se sont développés deux abeilles aux comportements légèrement différents. Près de la côte, l’Apis mellifera unicolor est plus agressive et possède une tendance à la désertion, ce qui la rapproche des autres abeilles présentes sur le continent africain. Sur les Hauts Plateaux, elle est beaucoup plus douce et docile, ce qui facilite l’élevage.

A quelques exceptions près, c’est la seule espèce d’abeilles présente sur l’île. En effet, peu de reines d’autres espèces sont introduites à la fois parce qu’elles ne sont pas bien adaptées à cet environnement et parce que le caractère docile de l’abeille endémique est unique. 

Si le territoire est immense, les abeilles y voyagent cependant peu du fait de la présence de la barrière naturelle que constitue la montagne mais aussi du fait des variations climatiques entre les régions. 

Aux propriétés exceptionnelles

Face à la présence de parasites mortels comme le varroa destructor, l’Apis Mellifera Unicolor possède des moyens pour se défendre. C’est en effet un type d’abeilles très hygiénique, qui détecte les éléments externes et les élimine rapidement ce qui permet de lutter naturellement contre les maladies du couvain. Certaines colonies sont plus hygiéniques que d’autres et ce sont celles qui, grâce à la sélection naturelle, résistent le mieux, or le comportement hygiénique est héréditaire. D’autres colonies quittent leur ruche pour fuir l’infestation.​

De plus, la varroa se propage moins rapidement à Madagascar qu’ailleurs car l’apiculture y est encore très locale, ce qui limite l’échange du matériel d’élevage entre les régions, l’une des causes principales du développement de l’acarien.

Pour en savoir plus, découvrez la thèse de Madame Henriette RASOLOFOARIVAO, Apis mellifera unicolor et Varroa destructor à Madagascar : diversité génétique, impact et comportement hygiénique.